Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Gendarmerie nationale- Plan Delphine 2016

Date de création: 03-10-2016 19:10
Dernière mise à jour: 03-10-2016 19:10
Lu: 136 fois


TOURISME- ENQUETES ET REPORTAGES- GENDARMERIE NATIONALE - PLAN DELPHINE 2016

Sur plus de 548.600 personnes  — objet de procédure d’identification effectuées par la Gendarmerie  mobilisés dans le cadre de l’application du traditionnel « Plan Delphine», relatif à la sécurisation de la saison estivale (2016) dans les 14 wilayas du nord — 1.253 ont aussitôt été arrêtées et traduites devant la justice. Les motifs de leur arrestation sont variés, même si en majorité, ils ont surtout trait aux faits répréhensibles relevant de la criminalité du droit commun. Cette forme d’atteinte aux personnes et au biens regroupe à elle seule, plus de la moitié (56%) des infractions. crimes et délits relevés et traités dans le cadre du même Plan Delphine. Un plan déployé durant toute la saison estivale et qui a fait l’objet hier, d’une présentation de son bilan 2016, lors d’une conférence de presse tenue hier au siège du Commandement de la Gendarmerie nationale. Une conférence animée par le lieutenant colonel Attia  Ahmed, directeur de la Prévention et de la sécurité publique au sein de la même institution de corps d’armée. L’officier supérieur  a tenu d’entrée à souligner l’importance de ce Plan initié chaque année, depuis 2001 et qui constitue, dira t-il «un dispositif adapté aux spécificités de chacune des saisons estivales et ce, dans le but évident de garantir des conditions de sécurité les plus optimisées au niveau des 14 wilayas côtières».
Pour se faire, le Commandement de la Gendarmerie nationale a mobilisé pour cet été 2016, un effectif dépassant les 25.000 gendarmes chargés des différentes missions de prévention mais aussi de missions à caractère répressif au niveau des dites wilayas du nord. Des actions visant entre autres, à réduire autant que faire se peut, les méfaits de délinquance, à sécuriser davantage les différents axes routiers et autoroutiers de passage par le territoire de ces wilayas ainsi qu’à lutter efficacement contre les réseaux de crime organisé, tels le trafic de drogue, les détournements et autres abus qui visent les mineurs, la corruption, le trafic d’influence sans oublier le phénomène du terrorisme.
En sus des moyens humains et matériels engagés durant la mise en œuvre du plan Delphine, la Gendarmerie nationale a eu recours également dans le cadre du même dispositif, à l’exploitation de ces différentes innovations technologiques dédiées à la lutte contre le crime sous toutes ses formes. En ce sens, en plus des communications reçues sur le numéro vert 1055 et dont le nombre avoisine 330 000 appels, les unités territoriales de la Gendarmerie des 14 wilayas  du nord ont enregistré sur le site web des près-plaintes (https.ppgn.mdn.dz), quelques 223 envois dont 79 prés-plaintes, 144 informations relatives à différentes affaires (corruption, contrebande, trafic diffluence terrorisme).

1.656 descentes de la Gendarmerie effectuées durant la saison estivale

Tout en relevant que la Gendarmerie nationale a sécurisé cet été quelques 266 plages, soit un taux de 71% du nombre global des plages autorisées à la baignade, l’officier supérieur tiendra à préciser, en outre, que les unités relevant de la même institution ont effectué, durant cette saison estivale, 209.110 services externes, consacrés à la surveillance générale du territoire. Un fait saillant ressort  du bilan des activités du plan Delphine pour cette année 2016. Il s’agit en l’occurrence, d’une augmentation de l’ordre de 220% des opérations dites «coups de poing» initiées dans le but d’émietter les noyaux durs de la criminalité. En effet, si durant l’été 2015, ces opérations ont été au nombre de 518, pour la saison estivale, le chiffre a presque doublé et ces mêmes opérations «coup de poing «se sont chiffrées à 1.656 descentes. Autre fait ne manquant pas d’importance qui ressort du bilan du plan Delphine 2016, concerne la saisie d’une quantité dépassant les 7 tonnes de kif traités au niveau des 14 wilayas coutières. Pour sa part, la lutte contre  le trafic de carburant s’est traduite par des résultats plus que probants, puisque il est fait état dans ce cadre, d’une baisse très significative de des affaires traitées ( - 55%) .  Les accidents de la circulation constatés par la Gendarmerie au niveau des wilayas côtières ont baissé de l’ordre 21 %, affirme t-on. D’autre part, et suite à une question relative aux rapts d’enfants, le lieutenant colonel Attia a expliquera que «le sujet est loin de constituer un phénomène de société puisque la majorités des affaires traitées ont été celles relatives à des cas de disparition d’enfants qui en fait, «fuient» momentanément le domicile familial, «ce qui n’a rien à voir, a-t-il appuyé avec les enlèvement où les kidnappings à proprement dire».