Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Infos' diverses 2014

Date de création: 09-03-2014 14:23
Dernière mise à jour: 04-01-2015 09:27
Lu: 394 fois


DEFENSE - INFOS' DIVERSES - INFOS' DIVERSES 2014

-Depuis la fin de la seconde guerre mondiale et jusqu'à la signature du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, le 24 septembre 1996, quelques 2046 essais nucléaires ont été effectués

- Plus de deux millions d'arbres ont été plantés à travers l'ensemble des régions militaires de l'Algérie depuis le lancement , en novembre 2013, de la campagne de reboisement

- Le nombre d'unités de Gendarmerie connectées au réseau Intranet est passé de 55 en 2003 à 1737 unités en 2014

-Il y avait 160 662 insoumis au Service national à fin juin 2014.....et sur les 373 965 citoyens de la classe 2013, seuls 32 450 se sont faits recenser volontairement  (9%).....  et uniquement 63 271 citoyens ont répondu à l'opbligation de la visite médicale de sélection soit un taux de 17%

- Selon  Algerie –focus.com, 9 octobre 2014, l’étude publiée en mars dernier sur le site spécialisé Global Fire Power "révèle les paradoxes de l’armée algérienne".

"Parmi ces paradoxes, le plus frappant est sûrement le décalage entre le nombre de militaires qui composent l’armée algérienne et le nombre d’équipements qui appuient leur travail. Ainsi, lorsque l’on regarde le nombre de militaires de carrière, et que l’on compare l’Algérie avec les États-Unis (plus grande puissance militaire du monde), la France et le Maroc, l’Algérie arrive en deuxième position. Loin derrière les États-Unis, certes, mais devant la France, pourtant classée 6e puissance militaire du monde par le site Global Fire Power.

Le constat est encore plus frappant si l’on rapporte le nombre de militaires de carrière à la population totale. L’Algérie devance alors les États-Unis, avec 1,3% de la population faisant carrière dans l’armée, contre 0,6% pour le Maroc, 0,5% pour les États-Unis et 0,3% pour la France.

Mais l’armée algérienne n’est pas aussi bien équipée qu’elle devrait l’être au regard de ses effectifs. Ce deuxième constat est valable pour les équipements terrestres, aériens et navals. À chaque fois, si l’on rapporte le nombre d’équipements au nombre de militaires en Algérie, au Maroc, en France et aux États-Unis, l’Algérie se place bonne dernière du classement.


Parmi les facteurs qui pourraient permettre d’expliquer ce fossé entre le nombre de militaires enrôlés dans l’armée algérienne et le nombre d’équipements que possède cette même armée, il est intéressant de regarder le budget annuel consacré par l’Algérie à la défense. Avec un budget s’élevant à plus de 10,5 milliards de dollars US, la défense algérienne se place loin derrière la France et les États-Unis.

- Les unités de la Protection civile ont effectué 53 397 interventions , tous types confondus , depuis le début de l'année 2014 (à mi-novembre 2014) .....et 63 000 citoyens ont été formés aux techniques de secourisme depuis 2010

- Près de 18.000 personnes ont trouvé la mort dans 10.000 actes terroristes, dans le monde en 2013, soit une hausse de 61% par rapport à 2012, a révélé ( mi-novembre 2014) la seconde édition de l'Indice mondial du terrorisme (IMT).

L’IMT a recensé près de 10.000 attaques terroristes en 2013, ce qui constitue une augmentation de 44 % par rapport à 2012, donnant lieu à «presque 18.000 décès», soit une augmentation de 61% par rapport à l'année précédente. Le nombre de victimes est passé de 11.133 en 2012, à 17.958 en  2013. L'indice a également enregistré que les explosifs ont constitué l'arme  la plus utilisée dans ces attaques, alors que les attentats suicides à la bombe ont constitué moins de 5 % des attaques terroristes. Le nombre de pays ayant dénombré 50 décès ou plus a augmenté de 60 % durant la même période, a souligné également l’IMT, précisant que ces pays étaient au nombre de 24 en 2013, alors qu'ils étaient 15 en 2012. La même source a ajouté que «le terrorisme était l'œuvre de quatre organisations terroristes, à savoir, EIIL, Boko Haram, Al Qaïda et les Talibans, qui étaient collectivement responsables de 66 % de tous les décès durant 2013. Il est également relevé que plus de 80 % des décès ont été enregistrés dans seulement cinq pays : l'Irak, l'Afghanistan, le Pakistan, le Nigeria et la Syrie.  La seconde édition de l'IMT a précisé aussi que l'Irak est toujours le pays «le plus durement» touché par le terrorisme puisque le nombre de  décès recensés dans ce pays a augmenté de 164 %, faisant ainsi 6.362 victimes, ce qui constitue «la plus forte augmentation de l'indice». Le terrorisme s'est également considérablement développé tant en intensité  qu'en ampleur à l'extérieur de ces cinq pays.  En 2013, on a recensé 3.721 attaques dans le reste du monde qui ont eu pour conséquence la mort de 3.236 personnes, ce qui constitue une augmentation de plus de 50 % au cours de 2013. En tout, 60 pays ont enregistré des décès résultant d'attaques terroristes perpétrées en 2013.  Lancé en 2012 par l'Institut pour l'économie et la paix, l'IMT classe  les pays en fonction de l'importance de l'impact des activités terroristes et  analyse les dimensions économiques et sociales associées au terrorisme. L'indice compte 162 pays, couvre 99,6 % de la population mondiale et  examine les tendances de 2000 à 2013.  Les indicateurs utilisés incluent le nombre d'incidents terroristes, de décès, de blessés ainsi que les dommages matériels.

- 1 794 092 appels au 15 48 et au 17 ont été reçus par la DGSN en 2014