Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Infos' diverses 2005

Date de création: 17-09-2012 08:35
Dernière mise à jour: 17-09-2012 08:40
Lu: 469 fois


HYDRAULIQUE - INFOS' DIVERSES - INFOS' DIVERSES 2005


- La région Sud dispose de 29% du total des ressources hydriques nationales, le Centre de 27%, l'Est de 26% et l'Ouest de 18%
- Selon le ministre A. Sellal, le 11-1-2005, seules les eaux Ben Haroun et El Goléa sont classées véritable eau minérale
- Alger reçoit, quotidiennement, une quantité d'eau estimée à 650 000 m3
- Les potentialités de l'eau en Algérie sont de 16 milliards de m3/an dont 9 pour les eaux superficielles et 7 pour les eaux souterraines. Les volumes mobilisables à long terme sont de 12 milliards pour 5 en eau de surface et 7 en eaux souterraines (en année moyenne, les eaux mobilisables sont de 6,2 milliards de m3)
- Le prix réel du m3 d'eau est de 25,80 dinars alors que l'Ade le vend à 10 Da.
- La source Mouzaia a été découverte en 1925 par Leblanc, fils de colon. Elle sera débaptisée à l'Indépendance. Quant à la source de Ben Haroun, elle existe depuis l'époque romaine. Gérées par le secteur public, elles ont été rachetées en février 2005 par le groupe privé Sim (Blida) pour 185 milliards de centimes et 54,6 milliards respectivement
- La pluie et la neige des mois de décembre 2004, janvier et début 2005, ont permis de créer un écoulement de 3 milliards de m3 d'eau alors que la population algérienne a besoin de 2 milliards de m3 par an pour avoir de l'eau H24……mais les barrages algériens, surtout ceux de l'Est, n'ont pu amasser que 800 à 900 millions de m3
- L'Ade, créée en 2002 détient (en mars 2005) des créances estimées à 12 milliards de cts sur les hôpitaux, 17 sur les Assemblées locales et 2 milliards de dinars sur les Administrations


- Le marché algérien de boissons gazeuses est estimé, par Nestlé Waters (11 mai 2005), partenaire de Bgfz (Blida), à 550 millions de litres, soit une consommation d'eau embouteillée par an et par habitant de plus de 16 litres fin 2004….le marché ayant cru ces dernières années de plus de 22% par an
- Avec 85% de la population raccordée au réseau Aep et 87% de taux d'assainissement, l'Algérie a atteint les objectifs du sommet de Johannesburg, mais beaucoup reste à faire
- La nappe albienne qui s'étend sur une superficie de plusieurs millions de km2, située en Algérie, en Tunisie et en Libye contient 60 milliards de m3
- Début 2005, 700 millions de m3 d'eaux usées sont rejetés dans la nature. Le ministère espère réduire ce volume de 60% à l'horizon 2010. Il n'y a que 20 stations en exploitation, 12 en réhabilitation et 21 en cours de réalisation
- Les réseaux de distribution d'eau des grandes villes connaissent des pertes variant entre 20% et 40%
- Les Algériens consommaient 1500 m3 d'eau /hbt/an en 1962. Ils en consommaient 720 m3 en 1990. Ils ne disposeront que de 430 m3 /hbt en 2020. A cette date, la population atteindra 46 millions d'habitants, mais l'offre en eau continuera de baisser. Le déficit atteindra 4 milliards de m3 (constat dressé mi-2003).
- En 2005, seulement 10% de la population d'Alger a de l'eau h/24, que l'année soit pluvieuse ou non.

Septembre-Octobre-Novembre-Décembre 2005
- Le réseau d'assainisement actuel totalise un linéaire de 32 000 km, comprend 62 stations d'épuration dont 21 en exploitation , 22 en cours de réalisation et 19 en cours de réhabilitation.
Le volume annuel d'eaux usées rejetées est actuellement de 700 millions de m3 et est appelée à passer à plus de 1 milliard de m3 en 2020.
- Le secteur de l'Hydraulique a besoin de 30 milliards de dinars supplémentaires pour achever les projets entamés (selon le ministre, 20 octobre 2005)
- Le Dg de l'Anb (lundi 28 novembre 2005) annonce une "sécurisation en eau du pays jusqu'à l'horizon 2035".
- Sur les quelque 1 500 communes que compte le pays, l'Algérienne des eaux (Ade) n'en contrôle que 840 en matière d'eau potable. Dans les autres communes, la gestion de l'eau est prise en charge par les Apc.
- L'eau potable continuera à être cédée aux ménages à un prix inférieur à son coût réel au moins jusqu'à 2009 (après l'achèvement du programme quinquennal 2005-2009).
- En 2005, le prix du m3 d'eau est fixé à 19 dinars alors qu'il revient à 24 dinars à l'Ade.
- Le nombre de consommateurs non inscrits (branchements illicites) à l'Ade était de 550 000 en 2002 et seulement de 240 000 en 2005. L'Ade compte plus de 2,7 millions d'abonnés. Les pertes économiques de l'Ade s'élèvent à 60% du rendement annuel, à hauteur de 25-30% pour les pertes commerciales et de 30% pour les pertes physiques.
- Les facture des impayées des abonnés de l'Ade dans la seule Capital, Alger, s'élèvent actuellement (selon le ministre des Ressources en eau, lundi 6 décembre 2005), à 4,5 milliards de dinars (17% du total des pertes commerciales de l'Ade) et 60% de lka population ne paie pas l'eau. Par ailleurs, sur un million de m3 d'eau produite par jour, 40% se perdent dans la nature en raison de la vétusté du réseau de l'alimentation en eau potable.
- Sur une capacité globale de 6 milliards de m3 /an, la nappe albienne est exploitée à hauteur de 2,5 milliards de m3/an. Cette nappe est partagée par l'Algérie, la Libye et la Tunisie.